Le monde de la Barbarie Box.

Le monde de la Barbarie Box.

Quelques Mots de la Presse.

-« Samedi, à 20 h 30, la scène de La Grande Ourse s'offrait aux conteurs.
Les contes relatent une histoire se concluant par une morale profonde ou humoristique, ainsi le conte d'A. Le Braz superbement joué par Samuel Peron et racontant les péripéties du fossoyeur de Paimpol conseille dans sa morale de prendre sa retraite tant qu'il en est encore temps. »

 

-« Un spectacle avec des histoires remixées de collégiens.
Dans le cadre de "mieux réussir au collège" (...) le conteur a rencontré les élèves (...). Douze histoires ont été sélectionnées et remixées par l'artiste. Sa création a été présentée mardi à l'Hermine dans un One Man Show remarquable (...). »

 

-« Ouest-France 17/10/2014 :
Samuel Peron, il était une fois un jeune conteur... 
Passé professionnel il y a 3 ans, Samuel Peron écrit sa légende personnelle. Il était une fois l'histoire du jeune conteur et créateur de "Trouilles aux pays d'Anatole".
...Article complet sur Album photo, rubrique Presse... »

 

-« Samuel aime les histoires aux couleurs sombres.
Trouilles aux pays d'Anatole est une série de contes issus de la tradition orale bretonne également inspirée de La légende de la mort d'Anatole Le Braz.
Le résultat c'est beaucoup de rires, quelques frissons et surtout un bon moment pour les spectateurs qui, dès les premières secondes, ont accroché à l'atmosphère créée par Sam. »

 

 -« Les élèves enchantés par le spectacle.
Les enfants et parents se sont retrouvés à la salle des fêtes , pour assister au spectacle « Le Noël breton » qui a enchanté le plus grand nombre. Le président était satisfait de voir les visages des enfants aussi radieux. »

 

-« Presse d'Armor du 9/05/12 :
Rencontre : Samuel, tourneur de manivelle.
Samuel, 28 ans, habitant d'Yvias, joue de l'orgue de barbarie depuis 6 ans…
Dernière page de la Presse d'Armor.
Article complet dans la rubrique "PHOTO" catégorie "PRESSE" (cliquez sur la photo pour l'agrandir...).

 

-« C'est avec un talent certain que Samuel a déclenché les rires (...) et à fait frémir... Le public n'a pas regretté sa soirée. »

 

-« Le public a été captivé par les six histoires de korrigans et de loups, entrecoupées de chansons et de musiques au son de l'orgue de barbarie »